L’herbe est plus verte ailleurs….So what ?

AmendeShalom mes inspirations,

En pleine méditation « existentielle »,  et posant un regard rétrospectif sur ma vie, je me suis posée une question :

POURQUOI TOUJOURS VOIR A TRAVERS LA VIE DES AUTRES CE QUE NOUS N’AVONS PAS (ENCORE) DANS NOTRE PROPRE VIE ?

Dieu merci, tout le monde n’est pas comme ça. Mais je dois vous avouer que j’ai pendant très longtemps été cette personne qui dit : « Et moi ? Et moi ? À quand mon tour ? » Chaque bonne nouvelle était comme un couteau en pleine poitrine qui crispe mon visage. Pendant que les autres pensaient que j’exprimais ma joie en souriant, au fond de moi je savais pertinemment que cela ressemblait à tout sauf à du bonheur… bon parfois un peu, mais vraiment un peu.

Remémoration des échecs, impressions de ne pas avancer, même l’impression de ne pas être aimée.Nous avons tous droit aux mêmes conseils :

« Ne te compare pas aux autres, tu verras ! Ton tour viendra aussi. Réjouis-toi, car c’est de cette manière que les autres vont se réjouir pour toi. ».

Rien n’y faisait. Quand ça ne va pas, ça ne va pas.

Une chose que je nous invite à comprendre : la vie de l’autre  n’est pas un point de comparaison. Elle peut être une source d’inspiration, mais pas un repère par rapport auquel on mesure le taux de réussite ou d’échec de notre vie !

La seule comparaison que nous devrions faire serait celle de nous il y a quelques années et nous maintenant.

Aujourd’hui, quand je fais cet exercice, je comprends encore mieux pourquoi certaines choses que je désirais ne pouvaient pas se présenter à moi. Je n’étais tout simplement pas prête à les avoir dans ma vie.

Un père peut-il donner une Ferrari à son enfant de 7 ans même s’il aime de tout son cœur ? Ou encore pourquoi aurais tu un salaire annuel de 300 000 dollars , quand 30 000 dollars te font transpirer?

Les bonnes choses viennent à la bonne heure…j’aime dire !

Je ne sais pas si ce que j’ai dit va foncièrement changer quelque chose, et ce combat je le mène tous les jours.  Une solution ? Je n’en ai pas à offrir en particulier si ce n’est qu’à toute chose  négative il faut opposer son contraire.

Nous sommes maitres de nos émotions, de nos ressentis et nous pouvons choisir un sentiment au détriment d’un autre. La joie est un combat, contre la tristesse, l’amour contre la haine, l’espérance contre le désespoir et nous pourrions en citer plein d’autres comme ça.

BATTONS NOUS ! Forçons nos cœurs à se réjouir pour les autres ou du moins à ne pas s’attrister de ne pas avoir ce que l’autre a obtenu « plus vite » (selon nous). Nous n’avons pas les mêmes histoires.

Éduquons nos âmes jusqu’à ce que cet effort devienne une réalité ancrée en nous.

La vie est faite de surprises, de joies, de victoires, d’échecs, de succès, de tristesse, de chutes et de rebondissements Elle est le chemin de toutes les possibilités. Le plus important ce n’est pas ce que nous n’avons pas (encore, j’insiste); mais de se rendre compte que sans ce »peu » que nous avons, nous n’aurions rien. Il faut être convaincu qu’avec ce minimum nous aurons le maximum (Merci ma grande sœur chérie !)

Pour cela tout dépend de notre cœur.  Entrainons-le durement, a toujours choisir le meilleur de ce qui pourrait (selon notre vision des choses) être le pire.

« Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie » Pr 4, 23

Je nous aime.

Paix et Joie,

OKédjè

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s