Dieu merci, je n’ai que le cancer du SAINT !

octobre-roseShalom mes inspirations,

Le mois d’octobre s’achève et je n’ai fait (volontairement) aucune allusion au cancer du sein. C’est un sujet assez délicat me concernant, ce sein.

2002, à 15 ans, je sens une boule dans ma poitrine côté droit. Je me rappelle encore, j’étais en vacances à Londres chez tonton Mike. A mon retour, j’ai fait plusieurs examens et le médecins lui avait  donné un nom : adénofibrome
Au début, pas d’inquiétude, c’était normal et il disait qu’une opération n’était pas nécessaire.

2003, j’ai 16 ans, et finalement je reçois un appel (du moins ma mère), disant que la boule grossissait un peu vite ! qu’il serait mieux que je la fasse enlever, pour éviter une récidive.

2016, 13 ans plus tard, au détour d’un énième passage aux urgences pour des douleurs inexpliquées et à cause de (ou grâce à)  cet antécédent je dois faire en examens complémentaires une échographie mammaire et une mammographie.

« Pourquoi le gynécologue me palpe les seins une fois par an si c’est pour trouver quelque chose? » me dis-je intérieurement

Je suis confiante et j’y vais avec confiance !

A la mammographie, tout se passe bien, rien à signaler, je suis rassurée.

Viens l’échographie, qui s‘est faite dans la foulée.

« Une, deux,  trois, …Mais c’est une grappe que vous avez-la dites-moi !! S’exclame le médecin.

Qui essayait tant bien que mal de détendre l’atmosphère.

« C’est plus impressionnant qu’alarmant, insiste-t-il ».

A cet instant, je n’entendais plus rien, je ne comprenais plus rien et je ne voyais plus rien. Les larmes avaient inondé mon visage.

« Par contre, il faut que vous preniez rendez-vous assez rapidement avec votre gynécologue ! »

Ce n’était pas alarmant mais une boule qui ne semblait pas très en boule demandait à être analysée plus en profondeur. (Really ????)
Grand moment de panique !  je ne maîtrisais plus rien, ni la suite des événements, ni ma pensée, ni mon état général. Je me posais plein de questions et je commençais à me perdre. C’est là que je me rappelle qu’il y a Dieu, qu’il y a mes proches qui
m’épaulent et prient sans cesse pour moi. Je me ressaisie, je me relève, je prie et je vais à cet autre examen.

On découvre 3 nouvelles boules (cette fois-ci, je suis sereine !) mais rien de grave, on me redonne rendez-vous six mois plus tard pour un contrôle.

31 octobre 2016 (aujourd’hui !) la pause est finie. Je fais l’examen de contrôle et le verdict tombe :

 » TOUT VA BIEN, des boules ont disparu, d’autres sont apparues, mais rien de grave. CE N’EST PAS LA PEINE de revenir ! »

Encore une fois, je n’entends plus rien, je ne vois plus rien car les larmes de JOIE et d’ALLEGRESSE ont rempli mon visage. Je me sens légère et totalement libérée.

EH là, je me dis : DIEU MERCI, je n’ai pas LE CANCER DU SEIN !

Pourquoi ce cri de soulagement ?
Parce que je sais que d’autres non pas eu la chance d’avoir ce diagnostic
Parce que d’autres femmes n’ont même pas de diagnostic du tout, elles n’ont pas les moyens, elles n’ont pas le temps de penser à elles (elles sont trop occupées à penser aux autres),Parce que pour certaines le verdict a été tout autre.

C’est pour ces raisons qu’il m’est difficile de parler de ce cancer du sein (cette année particulièrement) parce que ce n’est pas évident de parler de ce que nous avons peur d’avoir, surtout quand nous sommes dans un contexte qui peut le laisser prétendre.

C’est l’espérance, la prière, le soutien de tous ceux par qui je suis aimée qui m’ont permis de voir LA VÉRITÉ au lieu de la réalité de la situation.

Mon mois d’octobre qui est (surtout) le mois de Ma Très Chère Mère la Vierge Marie, je le passe dans la prière et dans le recueillement.  Ma lutte, je l’ai faite dans le silence de l’intercession en demandant à ma Sainte Patronne : Sainte Thérèse, de placer dans toutes les petites roses qu’elle répand de son Ciel, chacune des femmes confrontées à cette maladie.

Quand à toi, chère sœur, chère mère,  femme si chère à mon cœur, beaucoup de choses peuvent te manquer pour te faire dépister : temps, argent (même si pendant le mois d’octobre, il y a des dépistages gratuits), courage, force. Mais, le manque le plus préjudiciable pour nous, c’est le temps. C’est une course contre la montre. « Vite vu, vite pris en charge » !

cancerdusaint

Fais-toi vite dépister, pour que cette course ne se fasse pas sur une piste glissante qui t’emmènera à la fin d’une vie que tu aurais pu vivre pleinement si tu avais pris le temps.

 « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ». Cette épreuve est venue contribuer à ma perfection; Oui ! Ici encore Dieu, est venue me parfaire.

Plus de Lui moins de moi en vue d’être pleinement ce qu’il veut pour moi.. N’est-ce pas un peu ça la sainteté ?

Si oui, alors DIEU MERCI, je n’ai que le cancer du SAINT !

Paix et joie,

OKédjè

Publicités
Cet article, publié dans confessions intimes, Défit, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s